Interview de Lola Bachet et Bastien Ravenelle

Retour vers le haut niveau

Interview de Lola Bachet et Bastien Ravenelle


En quelques mots pouvez-vous vous présenter 

Lola : Lola, 20 ans, étudiante en deuxième année d’infirmière. J’ai commencé la natation dès 6 ans, évoluant à St Pierre des corps avec Mathilde, puis aux EN Tours dès la 6ème. J’ai commencé à faire quelques triathlons en étant jeune (poussin, pupille) car papa commentait les courses. Ca m’a plu et j’ai voulu continuer à participer aux épreuves. Je suis partie faire mes études en section Triathlon à Metz pendant 3 ans.

Bastien : Bastien Ravenelle, Bastou pour les intimes, 20 ans et étudiant en 3ème année de biologie à l’université de Tours. Avant de me lancer dans le triathlon, j’ai commencé par la natation; mon premier plongeon aux ENT date de 2004… Cela fait maintenant 7 ans que je suis au SAS.

Après avoir connu le haut niveau et plusieurs championnats de France (triathlon/aquathlon/duathlon) que représente pour vous le projet sportif 2019 ?

Lola : Le Projet Sportif 2019 du SAS Triathlon est un élément qui peut donner envie d’évoluer à des jeunes du club. Il permet de donner des objectifs au niveau régional voir national par équipe et qui donc peut être source de motivation de groupe. J’ai connu le club de St Avertin en D1 quand j’étais encore benjamine; personnellement voir se remonter un projet D3 m’a donné envie d’y prendre part. 

Bastien : Ce qui me manquait après les années « jeunes », ce sont des objectifs majeurs comme les championnats de France d’aquathlon, de triathlon avec une phase de qualification… On se retrouve en senior sans courses majeures et sans réels objectifs. Avoir un projet D3 (qualifs, demi et une finale) avec en vue une montée en D2 relance vraiment l’esprit de compétition. Ce qui me plait dans ce projet, c’est l’état d’esprit essentiellement basé sur la cohésion du groupe.

Qu’elle est votre plus belle course ?

Lola : Ma plus belle course était en septembre 2015, lors du triathlon de la Baule. C’était une poursuite Fille/Garçon. Les filles partaient 7mn30 avant les hommes et il n’y avait qu’un unique classement à la fin. Je suis sortie de l’eau en tête en compagnie de Rachel Klamer – triathlète néerlandaise de Poissy triathlon. Nous avons pris le vélo ensemble, elle m’a fait signe d’attendre Jessica Harrison, une fois rejoint par celle-ci, nous avons poursuivi toutes les 3 les 20kms vélo sans jamais se faire reprendre. Cette course fut magique pour moi, car d’une part, je ne pensais pas tenir le rythme vélo et d’ autre part j’ai pris un plaisir énorme sur cette course en étant aux avant-postes. Vincent Luis ne m’a rattrapé qu’a 2km500 de l’arrivée !! C’est l’une de mes courses préféré car toute ma famille était présente et c’était le jour d’anniversaire de ma petite sœur. 

Bastien : Sûrement les championnats de France d’aquathlon en Cadet à Bergerac. À l’époque, je m’entraînais très rarement en course à pied. Seulement 2 semaines avant les France, je me suis mis à courir 2 fois par jour. Le jour J, j’ai terminé 11ème en tant que cadet 1. 

Qu’elle est votre plus grosse déception ?

Lola : Ma plus grosse déception sont les championnats de France jeunes à le Mans en 2016, car je n’ai pas réussi à m’exprimer comme je le souhaitais. D’une part en ayant subi une attaque dans l’eau (étranglée au départ) puis en n’ayant pas su partir en vélo pour m’échapper. Peur ? Stress ? Pas assez forte ? Je ne le saurai jamais, mais cette course est mon moins bon souvenir. 

Bastien : Pour moi, c’est sûrement de ne pas passer assez de  temps sur le vélo. Avec du recul, j’aurais sûrement pris beaucoup plus de plaisir à batailler au-devant d’une course depuis la natation jusqu’à la fin de la course à pied. J’ai vraiment pris conscience de cette lacune lors des France de triathlon à Monceaux-les-Mines, où, après être sorti en tête de l’eau, je pose le vélo en dernière position.

Quel est votre plus gros défaut  ?

Lola : Le plus gros défaut de Bastien est la prise de décision. Il n’arrive pas à choisir clairement sans avoir des doutes. Il cherche toujours la perfection en se posant le maximum de questions. Parfois je pense qu’il devrait se poser moins de questions et foncer droit devant lui. 

Bastien : Beaucoup diront que le défaut principal de Lola est son caractère à l’entraînement, mais je pense que c’est ce qui fait d’elle ce qu’elle est. C’est une louve enragée et déterminée. Quand elle a décidé quelque chose, elle mettra tout en oeuvre pour y parvenir, et ce, quels que soient les obstacles qui sont sur son chemin. Cependant, quand elle a décidé de ne plus y croire, elle n’y croit plus. De ce fait, je la surnomme « Ronchon ».

Quelle est la plus grande qualité de l’autre ? 

Lola : La plus grande qualité de Bastien est la sérénité d’avant course, il m’a toujours impressionnée de ne jamais avoir un grand stress avant une course. Il est très calme et peut apporter à certains sur la gestion du stress. De plus, ses facilités en natation lui permettent d’aborder les courses en triathlon sans stress puisqu’il sait qu’il sera devant. Ce qui m’impressionne également beaucoup sont ses facilités dans l’eau en nageant que très peu pour un nageur il arrive à faire des temps énormes (4’08 au 400cr), et ça je dois avouer que je suis admirative…  

Bastien : Elle est très forte en natation et à vélo. Son expérience en D1 pourra apporter ce qui manque à certaines filles et hommes du club. Au-delà du sport c’est quelqu’un de très généreux et très ouvert. Elle est sans conteste à l’écoute des autres et aime autant donner que recevoir.

Enfin pour 2019 que peut-on vous souhaiter ? 

Lola : Pour 2019 on peut nous souhaiter de prendre du plaisir sur les courses avec le groupe D3 et les autres membres du club présents sur les courses. Enfin faire un podium ensemble sur une course, histoire d’avoir une petite photo souvenir :). 

Bastien : Le projet du SAS Tri initié par Micka, Oliv’ et Antoine nous tient à cœur  puisqu’il permet, au-delà des compétitions, de souder le groupe auquel nous tenons particulièrement. Le but sera d’obtenir les meilleurs résultats possible, mais aussi de développer l’esprit d’ouverture et de partage qui sont les éléments essentiels du club.